24.2. Mise à jour de FreeBSD

Ecrit par Tom Rhodes.
Basé sur des notes de Colin Percival.

Appliquer des correctifs de sécurité est une part importante de la maintenance de logiciels informatiques tout particulièrement dans le cas du système d'exploitation. Pendant très longtemps sous FreeBSD, ce processus n'était pas aisé. Les correctifs devaient être appliqués au code source, le code ensuite recompilé sous forme de binaires, et enfin les binaires devaient être ré-installés.

Ce processus n'est plus de mise comme FreeBSD dispose désormais d'un utilitaire appelé simplement freebsd-update. Cet utilitaire fournit deux fonctions distinctes. Tout d'abord, il permet l'application de mises à jour de correction et de sécurité sur le système de base de FreeBSD sans nécessiter une compilation et une ré-installation. En second lieu, l'utilitaire supporte les mises à jour mineures et majeures des versions publiées.

Note:

Les mise à jour binaires sont disponibles pour toutes les architectures actuellement supportées par l'équipe de sécurité. Avant de mettre à jour vers une nouvelle version, les annonces concernant la version devront être passées en revue sachant qu'elles peuvent contenir des informations importantes au sujet de cette version. Ces annonces peuvent être consultées à l'adresse suivante: http://www.FreeBSD.org/releases/.

S'il existe une table crontab utilisant freebsd-update, elle doit être désactivée avant de démarrer les opérations qui vont suivre.

24.2.1. Le fichier de configuration

Certains utilisateurs peuvent souhaiter adapter le fichier de configuration par défaut /etc/freebsd-update.conf, permettant un meilleur contrôle du processus. Les options sont très bien documentées, mais les suivantes demandent un peu plus d'explication:

# Composants du système de base qui doivent être maintenus à jour.
Components src world kernel

Ce paramètre contrôle quelles sont les parties de FreeBSD qui seront mises à jour. Par défaut on met à jour le code source, l'intégralité du système de base et le noyau. Les composants sont les mêmes que ceux disponibles durant l'installation, par exemple, ajouter world/games ici permettrait d'appliquer les correctifs relatifs aux jeux. Utiliser src/bin permettrait la mise à jour du code source du répertoire src/bin.

La meilleure option est de laisser telle quelle la configuration par défaut car la modifier pour ajouter des éléments particuliers demandera à l'utilisateur de lister chaque élément qu'il désire mettre à jour. Cela pourrait avoir des conséquences désastreuses puisque le code source et les binaires peuvent à terme ne plus être en phase.

# Les chemins d'accès commençant par quelque chose correspondant à une
# entrée de type IgnorePaths seront ignorés.
IgnorePaths

Ajoute les chemins d'accès comme /bin ou /sbin pour préserver intacts ces répertoires durant le processus de mise à jour. Cette option peut être utilisée pour empêcher freebsd-update d'écraser des modifications locales.

# Les chemins d'accès qui commencent par quelque chose correspondant à
# une entrée de type UpdateIfUnmodified seront mis à jour que si le
# contenu du fichier n'a pas été modifié par l'utilisateur (à moins
# que les modifications ne soient fusionnées; voir plus bas).
UpdateIfUnmodified /etc/ /var/ /root/ /.cshrc /.profile

Met à jour les fichiers de configuration dans les répertoires désignés seulement s'ils n'ont pas été modifiés. Tout changement effectué par l'utilisateur invalidera automatiquement la mise à jour de ces fichiers. Il existe une autre option KeepModifiedMetadata qui indiquera à freebsd-update de sauvegarder les changements durant la fusion.

# Quand on met à jour vers une nouvelle version de FreeBSD, les fichiers
# correspondant à une entrée de type MergeChanges verront leurs
# différences locales fusionnées avec le fichier de la nouvelle
# version de FreeBSD.
MergeChanges /etc/ /var/named/etc/

Liste des répertoires avec des fichiers de configuration que freebsd-update devrait tenter de fusionner. Le processus de fusion des fichiers est l'application d'une série de correctifs diff(1) similaires à ceux de mergemaster(8) avec cependant moins d'options, les fusions sont soit acceptées, ouvrant un éditeur, soit abandonnées par freebsd-update. En cas de doute, sauvegardez /etc et acceptez les fusions. Consultez la section sur Section 24.6.11.1, « mergemaster » pour plus d'information sur la commande mergemaster.

# Répertoire dans lequel stocker les mise à jour téléchargées et les
# fichiers temporaires utilisés par la mise à jour de FreeBSD.
# WorkDir /var/db/freebsd-update

Ce répertoire est l'endroit où tous les correctifs et les fichiers temporaires seront placés. Dans les cas où l'utilisateur effectue une mise à jour de version, cet emplacement doit disposer d'au moins un gigaoctet d'espace disponible.

# Lors de mises à jour entre versions de FreeBSD, doit-on lire la liste
# de composants de manière stricte (StrictComponents yes)
# ou tout simplement comme une liste de composants qui *pourraient*
# être installés et pour lesquels la mise à jour de FreeBSD devrait
# déterminer lesquels sont effectivement installés et les mettre à
# jour (StrictComponents no)?
# StrictComponents no

Cette option fixée à yes, freebsd-update supposera que la liste de composants est complète et n'essaiera pas d'effectuer des modifications en dehors de cette liste. Concrètement, freebsd-update tentera de mettre à jour chaque fichier appartenant à la liste de composants.

24.2.2. Correctifs de sécurité

Les correctifs de sécurité sont stockés sur une machine distante et peuvent être téléchargés et installés en utilisant la commande suivante:

# freebsd-update fetch
# freebsd-update install

Si des correctifs ont été appliqués au noyau le système devra être redémarré. Si tout s'est bien passé le système est corrigé et freebsd-update pourra être exécuté chaque nuit via un processus cron(8). Une entrée dans le fichier /etc/crontab devrait être suffisante pour accomplir cette tâche:

@daily                                  root    freebsd-update cron

Cette entrée indique qu'une fois par jour, l'utilitaire freebsd-update sera exécuté. De cette manière, en employant l'option cron, freebsd-update vérifiera seulement l'existence de mises à jour. Si des correctifs existent, il seront automatiquement téléchargés sur le disque local mais non-appliqués. L'utilisateur root sera contacté par courrier électronique, il pourra ainsi les installer manuellement.

Si quelque s'est mal passé, freebsd-update a la capacité d'annuler le dernier ensemble de changements avec la commande suivante:

# freebsd-update rollback

Une fois la commande achevée, le système devra être redémarré si le noyau ou un de ses modules ont été modifiés. Cela permettra à FreeBSD de charger en mémoire les nouveaux binaires.

L'utilitaire freebsd-update peut mettre à jour uniquement et automatiquement le noyau GENERIC. Si un noyau personnalisé est utilisé, il devra être recompilé et réinstallé après que la commande freebsd-update ait achevé l'installation du reste des mises à jour. Cependant freebsd-update détectera et mettra à jour le noyau GENERIC dans /boot/GENERIC (s'il existe), et cela même si ce n'est pas le noyau actuel (qui tourne) du système.

Note:

C'est toujours une bonne idée de conserver une copie du noyau GENERIC dans /boot/GENERIC. Cela sera utile pour diagnostiquer une variété de problèmes, et lors des mises à jour utilisant freebsd-update comme décrit dans la Section 24.2.3, « Mises à jour mineures et majeures ».

A moins que la configuration par défaut présente dans /etc/freebsd-update.conf n'ait été modifiée, freebsd-update installera les sources du noyau mises à jour avec le reste des mises à jour. La recompilation et la réinstallation d'un noyau personnalisé peuvent effectuées de la manière classique.

Note:

Les mises à jour distribuées via freebsd-update, n'impliquent pas toujours le noyau. Il ne sera pas nécessaire de recompiler votre noyau personnalisé si les sources du noyau n'ont pas été modifiées par l'exécution de freebsd-update install. Cependant freebsd-update met toujours à jour le fichier /usr/src/sys/conf/newvers.sh. Le niveau ou la version de correctifs (comme indiqué par le nombre -p rapporté par uname -r) est obtenu à partir de ce fichier. Recompiler votre noyau personnalisé, même si rien d'autre n'a changé, permettra à la commande uname(1) de rapporter précisément le niveau de correctifs du système. C'est particulièrement utile quand on gère de multiples systèmes, car cela permet une évaluation rapide des mises à jour présentes sur chacun d'eux.

24.2.3. Mises à jour mineures et majeures

Ce processus supprimera les anciens fichiers objets et bibliothèques qui rendent inutilisables la plupart des applications tierce-partie. Il est recommandé que tous les logiciels portés soient supprimés et réinstallés ou mis à jour ultérieurement en utilisant l'outil ports-mgmt/portupgrade. La plupart des utilisateurs voudront lancer une compilation test à l'aide de la commande suivante:

# portupgrade -af

Cela garantira que tout sera réinstallé correctement. Notez que fixer la variable d'environnement BATCH à yes répondra yes à toute question lors de ce processus, supprimant ainsi la nécessité d'une intervention humaine durant le processus de compilation.

Si un noyau personnalisé est utilisé, le processus de mise à jour est un peu plus complexe. Une copie du noyau GENERIC est nécessaire et devrait être placée dans le répertoire /boot/GENERIC. Si le noyau GENERIC n'est pas présent sur le système, il peut être obtenu en utilisant une des méthodes suivantes:

  • Si un noyau personnalisé a déjà été compilé, le noyau présent dans /boot/kernel.old est en fait le noyau GENERIC. Renommer ce répertoire en /boot/GENERIC.

  • En supposant qu'un accès physique à la machine est possible, une copie du noyau GENERIC peut être installé à partir d'un CD-ROM. Insérer votre disque d'installation et utiliser les commandes suivantes:

    # mount /cdrom
    # cd /cdrom/X.Y-RELEASE/kernels
    # ./install.sh GENERIC

    Remplacer X.Y-RELEASE avec la version que vous utilisez. Le noyau GENERIC sera installé par défaut dans /boot/GENERIC.

  • En dehors de ce qui précède le noyau GENERIC peut être recompilé et installé à partir des sources:

    # cd /usr/src
    # env DESTDIR=/boot/GENERIC make kernel
    # mv /boot/GENERIC/boot/kernel/* /boot/GENERIC
    # rm -rf /boot/GENERIC/boot

    Pour que ce noyau soit pris en compte comme GENERIC par freebsd-update, le fichier de configuration GENERIC devra ne pas avoir été modifié. Il est également suggéré qu'il soit compilé sans aucune option particulière (de préférence avec un fichier /etc/make.conf vide).

Redémarrer avec le noyau GENERIC n'est pas nécessaire à ce stade.

Les mises à jour de versions majeures et mineures peuvent être effectuées en passant à la commande freebsd-update la version vers laquelle on désire mettre à jour, par exemple, la commande suivante effectuera la mise à jour vers FreeBSD 8.1:

# freebsd-update -r 8.1-RELEASE upgrade

La commande freebsd-update analysera le fichier de configuration et le système afin de récupérer les informations nécessaires à la mise à jour du système. A l'écran s'affichera quels sont les composants détectés et quels sont ceux qui n'ont pas été détectés. Par exemple:

Looking up update.FreeBSD.org mirrors... 1 mirrors found.
Fetching metadata signature for 8.0-RELEASE from update1.FreeBSD.org... done.
Fetching metadata index... done.
Inspecting system... done.

The following components of FreeBSD seem to be installed:
kernel/smp src/base src/bin src/contrib src/crypto src/etc src/games
src/gnu src/include src/krb5 src/lib src/libexec src/release src/rescue
src/sbin src/secure src/share src/sys src/tools src/ubin src/usbin
world/base world/info world/lib32 world/manpages

The following components of FreeBSD do not seem to be installed:
kernel/generic world/catpages world/dict world/doc world/games
world/proflibs

Does this look reasonable (y/n)? y

A ce niveau freebsd-update tentera de télécharger tous les fichiers nécessaires à la mise à jour. Dans certains cas l'utilisateur sera interrogé sur ce qu'il faut installer ou sur comment procéder à certaines actions.

Si un noyau personnalisé est utilisé, l'étape précédente produira un avertissement semblable au suivant:

WARNING: This system is running a "MYKERNEL" kernel, which is not a
kernel configuration distributed as part of FreeBSD 8.0-RELEASE.
This kernel will not be updated: you MUST update the kernel manually
before running "/usr/sbin/freebsd-update install"

Cet avertissement peut sans risque être ignoré à ce niveau. Le noyau GENERIC mis à jour sera utilisé comme une étape intermédiaire dans le processus de mise à jour.

Une fois l'ensemble des correctifs téléchargé sur le système local, ils seront appliqués. Ce processus peut prendre plus ou moins de temps en fonction de la vitesse et de la charge de la machine. Les fichiers de configuration seront fusionnés — cette partie du processus demande l'intervention de l'utilisateur car un fichier peut être automatiquement fusionné ou en cas de besoin un éditeur peut apparaître sur l'écran pour une fusion manuelle. Les résultats des fusions réussies seront affichés au fur et à mesure que se déroule l'opération. Un échec ou une fusion ignorée provoqueront l'arrêt du processus. Certains utilisateurs peuvent vouloir conserver une sauvegarde du répertoire /etc et fusionner plus tard à la main les fichiers importants comme master.passwd ou group.

Note:

Le système n'a pas encore été réellement modifié, les fusions et l'application des correctifs ont lieu dans un autre répertoire. Quand tous les correctifs ont été appliqués avec succès, que tous les fichiers de configuration ont été fusionnés et que le processus s'est déroulé sans problème, les modifications devront être appliquées définitivement au système par l'utilisateur.

Une fois les opérations précédentes achevées, la mise à jour peut être appliquée en utilisant la commande suivante:

# freebsd-update install

Le noyau et les modules seront corrigés les premiers. A ce moment la machine doit être obligatoirement redémarrée. Si le système utilisait un noyau personnalisé, utiliser la commande nextboot(8) pour indiquer le noyau /boot/GENERIC (qui a été mis à jour) pour le prochain démarrage:

# nextboot -k GENERIC

Avertissement:

Avant de redémarrer sur le noyau GENERIC, assurez-vous qu'il contient tous les pilotes nécessaires pour que votre système démarre correctement (et se connecte au réseau, si la mise à jour de la machine se fait à distance). En particulier, si le noyau précédemment utilisé contient des fonctions généralement fournies par des modules, faites en sorte de charger temporairement ces modules avec le noyau GENERIC à l'aide de /boot/loader.conf. Vous pouvez également avoir intérêt à désactiver les services non-indispensables, les montages réseaux ou disques, etc. avant que le processus de mise à jour ne soit achevé.

La machine doit maintenant être redémarrée avec le noyau mis à jour:

# shutdown -r now

Une fois la machine de nouveau active, freebsd-update devra être lancée à nouveau. L'état du processus de mise à jour a été sauvegardé, et donc freebsd-update ne recommencera pas au début, mais supprimera les anciens fichiers objet et bibliothèques partagées. Afin de poursuivre les opérations, taper la commande suivante:

# freebsd-update install

Note:

En fonction d'un changement ou non de numérotation d'une ou plusieurs bibliothèques, il pourra y avoir deux phases d'installation au lieu de trois.

Tous les logiciels tierce-partie doivent être maintenant recompilés et réinstallés. Cela est nécessaire comme certains logiciels peuvent dépendre de bibliothèques qui ont été supprimées lors du processus de mise à jour. La commande ports-mgmt/portupgrade peut être employée pour automatiser la chose. Les commandes suivantes peuvent être utilisées pour initier le processus:

# portupgrade -f ruby
# rm /var/db/pkg/pkgdb.db
# portupgrade -f ruby18-bdb
# rm /var/db/pkg/pkgdb.db /usr/ports/INDEX-*.db
# portupgrade -af

Une fois cela effectué, terminer le processus de mise à jour avec un dernier appel à freebsd-update. Taper la commande suivante pour régler les derniers détails:

# freebsd-update install

Si le noyau GENERIC a été utilisé temporairement, il est temps de compiler et d'installer un nouveau noyau personnalisé suivant la méthode habituelle.

Redémarrer la machine avec la nouvelle version de FreeBSD. Le processus de mise à jour est terminé.

24.2.4. Comparaison de l'état du système

L'utilitaire freebsd-update peut être utilisé pour comparer l'état du système FreeBSD installé avec une copie de confiance. Cette fonctionnalité inspecte la version actuelle des utilitaires système, des bibliothèques et des fichiers de configuration. Pour lancer la comparaison, utiliser la commande suivante:

# freebsd-update IDS >> outfile.ids

Avertissement:

Bien que le nom de la commande soit IDS, elle ne devrait en aucun cas être considérée comme un système de détection d'intrusion du type de security/snort. Etant donné que freebsd-update stocke des données sur le disque, le risque de modification des données est évident. Alors que cette possibilité peut être minimisée en utilisant le paramétrage kern.securelevel et en stockant les données freebsd-update sur un système de fichiers en lecture seule quand elles ne sont pas utilisées, une bien meilleure solution serait de comparer le système avec un disque sécurisé comme un DVD ou un disque USB conservé à l'extérieur.

Le système sera analysé, et une liste de fichiers ainsi que la valeur de leur empreinte numérique sha256(1), celle de la version d'origine et celle de la version actuellement installée, seront affichés. C'est pour cela que cet affichage est copié dans le fichier outfile.ids. L'affichage défile trop rapidement une comparaison visuelle et remplira rapidement le tampon de la console.

Ces lignes sont également très longues mais le format de sortie peut être facilement passé par une analyse syntaxique. Par exemple, pour obtenir une liste des fichiers qui diffèrent avec ceux de la version d'origine, utiliser la commande suivante:

# cat outfile.ids | awk '{ print $1 }' | more
/etc/master.passwd
/etc/motd
/etc/passwd
/etc/pf.conf

La sortie de cette commande a été tronquée, bien plus de fichiers sont concernés. Certains de ces fichiers sont naturellement modifiés, le fichier /etc/passwd a été modifié en raison de l'ajout d'utilisateurs au système. Dans certains cas, d'autres fichiers apparaîtrons, comme les modules du noyau, qui diffèrent puisque freebsd-update peut les avoir mis à jour. Pour exclure des fichiers ou des répertoires spécifiques, ajoutez-les au paramètre IDSIgnorePaths dans le fichier /etc/freebsd-update.conf.

Ce système peut prendre part à une méthode de mise à jour élaboré, en dehors de ce qui a été présenté précédemment.

Ce document, ainsi que d'autres peut être téléchargé sur ftp://ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/doc/

Pour toutes questions à propos de FreeBSD, lisez la documentation avant de contacter <questions@FreeBSD.org>.

Pour les questions sur cette documentation, contactez <doc@FreeBSD.org>.