3.9. Interpréteurs de commandes - “Shells”

Sous FreeBSD, beaucoup du travail quotidien est effectué sous une interface en ligne de commande appelée interpréteur de commandes ou “shell”. Le rôle principal d'un interpréteur de commandes est de prendre les commandes sur le canal d'entrée et de les exécuter. Beaucoup d'interpréteurs de commandes ont également des fonctions intégrées pour aider dans les tâches quotidiennes comme la gestion de fichiers, le mécanisme de remplacement et d'expansion des jokers (“file globbing”), l'édition de la ligne de commande, les macros commandes, et les variables d'environnement. FreeBSD est fournit avec un ensemble d'interpréteurs de commandes, comme sh, l'interpréteur de commandes Bourne, et tcsh, l'interpréteur de commandes C-shell amélioré. Beaucoup d'autres interpréteurs de commandes sont disponibles dans le catalogue des logiciels portés, comme zsh et bash.

Quel interpréteur de commandes utilisez-vous? C'est vraiment une question de goût. Si vous programmez en C vous pourriez vous sentir plus à l'aise avec un interpréteur de commandes proche du C comme tcsh. Si vous venez du monde Linux ou que vous êtes nouveau à l'interface en ligne de commande d'UNIX® vous pourriez essayer bash. L'idée principale est que chaque interpréteur de commandes à des caractéristiques uniques qui peuvent ou ne peuvent pas fonctionner avec votre environnement de travail préféré, et que vous avez vraiment le choix de l'interpréteur de commandes à utiliser.

Une des caractéristiques communes des interpréteurs de commandes est de pouvoir compléter les noms de fichiers (“filename completion”). En tapant les premières lettres d'une commande ou d'un fichier, vous pouvez habituellement faire compléter automatiquement par l'interpréteur de commandes le reste de la commande ou du nom du fichier en appuyant sur la touche Tab du clavier. Voici un exemple. Supposez que vous avez deux fichiers appelés respectivement foobar et foo.bar. Vous voulez effacer foo.bar. Donc ce que vous devriez taper sur le clavier est: rm fo[Tab].[Tab].

L'interpréteur de commandes devrait afficher rm foo[BEEP].bar.

Le [BEEP] est la sonnerie de la console, c'est l'interpréteur de commande indiquant qu'il n'est pas en mesure de compléter totalement le nom du fichier parce qu'il y a plus d'une possibilité. foobar et foo.bar commencent tous les deux par fo, mais il fut capable de compléter jusqu'à foo. Si vous tapez ., puis appuyez à nouveau sur Tab, l'interpréteur de commandes devrait pouvoir compléter le reste du nom du fichier pour vous.

Une autre caractéristique de l'interpréteur de commandes est l'utilisation de variables d'environnement. Les variables d'environnement sont une paire variable/valeur stockées dans l'espace mémoire d'environnement de l'interpréteur de commandes. Cet espace peut être lu par n'importe quel programme invoqué par l'interpréteur de commandes, et contient ainsi beaucoup d'éléments de configuration des programmes. Voici une liste des variables d'environnement habituelles et ce qu'elles signifient:

VariableDescription
USERLe nom d'utilisateur de la personne actuellement attachée au système.
PATHLa liste des répertoires, séparés par deux points, pour la recherche des programmes.
DISPLAYLe nom réseau de l'affichage X11 auquel on peut se connecter, si disponible.
SHELLLe nom de l'interpréteur de commandes actuellement utilisé.
TERMLe nom du type de terminal de l'utilisateur. Utilisé pour déterminer les capacités du terminal.
TERMCAPL'entrée de la base de données des codes d'échappement pour permettre l'exécution de diverses fonctions du terminal.
OSTYPEType du système d'exploitation, e.g. FreeBSD.
MACHTYPEL'architecture du CPU sur lequel tourne actuellement le système.
EDITORL'éditeur de texte préferé de l'utilisateur.
PAGERLe visualisateur de page de texte préferré de l'utilisateur.
MANPATHLa liste des répertoires, séparés par deux points, pour la recherche des pages de manuel.

Fixer une variable d'environnement diffère légèrement d'un interpréteur de commandes à l'autre. Par exemple, dans le style de l'interpréteur de commandes de type C-shell comme tcsh et csh, vous utiliseriez setenv pour fixer le contenu d'une variable d'environnement. Sous les interpréteurs de commandes Bourne comme sh et bash, vous utiliseriez export pour configurer vos variables d'environnement. Par exemple, pour fixer ou modifier la variable d'environnement EDITOR, sous csh ou tcsh une commande comme la suivante fixera EDITOR à /usr/local/bin/emacs:

% setenv EDITOR /usr/local/bin/emacs

Sous les interpréteurs de commandes Bourne:

% export EDITOR="/usr/local/bin/emacs"

Vous pouvez faire afficher à la plupart des interpréteurs de commandes la variable d'environnement en plaçant un caractère $ juste devant son nom sur la ligne de commande. Par exemple, echo $TERM affichera le contenu de $TERM, car l'interpréteur de commande complète $TERM et passe la main à echo.

Les interpréteurs de commandes traitent beaucoup de caractères spéciaux, appelés métacaractères, en tant que représentation particulière des données. Le plus commun est le caractère *, qui représente zéro ou plusieurs caractères dans le nom du fichier. Ces métacaractères spéciaux peuvent être utilisés pour compléter automatiquement le nom des fichiers. Par exemple, taper echo * est presque la même chose que taper ls parce que l'interpréteur de commandes prendra tous les fichiers qui correspondent à * et les passera à echo pour les afficher.

Pour éviter que l'interpréteur de commande n'interprète les caractères spéciaux, ils peuvent être neutralisés en ajoutant un caractère antislash (\) devant. echo $TERM affichera votre type de terminal. echo \$TERM affichera $TERM tel quel.

3.9.1. Changer d'interpréteur de commandes

La méthode la plus simple pour changer votre interpréteur de commandes est d'utiliser la commande chsh. En lançant chsh vous arriverez dans l'éditeur correspondant à votre variable d'environnement EDITOR; si elle n'est pas fixée, cela sera vi. Modifiez la ligne “Shell:” en conséquence.

Vous pouvez également passer le paramètre -s à chsh; cela modifiera votre interpréteur de commandes sans avoir à utiliser un éditeur. Par exemple, si vous vouliez changer votre interpréteur de commandes pour bash, ce qui suit devrait faire l'affaire:

% chsh -s /usr/local/bin/bash

Note:

L'interpréteur de commandes que vous désirez utiliser doit être présent dans le fichier /etc/shells. Si vous avez installé l'interpréteur de commandes à partir du catalogue des logiciels portés, alors cela a dû déjà être fait pour vous. Si vous avez installé à la main l'interpréteur de commandes, vous devez alors le faire.

Par exemple, si vous avez installé bash à la main et l'avez placé dans /usr/local/bin, vous devrez faire:

# echo "/usr/local/bin/bash" >> /etc/shells

Puis relancer chsh.

Ce document, ainsi que d'autres peut être téléchargé sur ftp://ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/doc/

Pour toutes questions à propos de FreeBSD, lisez la documentation avant de contacter <questions@FreeBSD.org>.

Pour les questions sur cette documentation, contactez <doc@FreeBSD.org>.