30.5. Bridging

Ecrit par Steve Peterson.

30.5.1. Introduction

Il est parfois utile de diviser un réseau physique (comme un réseau Ethernet) en deux réseaux séparés sans avoir à créer de sous-réseaux IPs et à utiliser un routeur pour connecter ces réseaux entre eux. Le périphérique qui connecte ensemble deux réseaux de cette manière est appelé “bridge”—pont. Un système FreeBSD avec deux cartes réseaux peut faire fonction de pont.

Le pont apprend les adresses MAC (adresses Ethernet) des périphériques branchés sur chacune de ses interfaces réseaux. Il transmet le trafic entre deux réseaux uniquement quand la source et la destination sont sur des réseaux différents.

Sous de nombreux aspects, un pont ressemble à un switch (commutateur) Ethernet avec très peu de ports.

30.5.2. Situations où l'utilisation d'un pont est appropriée

Il existe deux situations dans lesquelles un pont est de nos jours utilisé.

30.5.2.1. Trafic important sur un segment

La première situation apparaît quand un segment physique d'un réseau est submergé par le trafic, mais vous ne voulez pas, pour différentes raisons, subdiviser le réseau et interconnecter les sous-réseaux à l'aide d'un routeur.

Prenons comme exemple un journal où les bureaux de la rédaction et de la production sont sur le même sous-réseau. Les utilisateurs de la rédaction utilisent tous le serveur de fichiers A, et les utilisateurs de la production le serveur B. Un réseau Ethernet est utilisé pour connecter ensemble les utilisateurs, et des surcharges du réseau ralentissent les échanges.

Si les utilisateurs de la rédaction peuvent être cantonné sur un segment, et les utilisateurs de la production sur un autre, les deux réseaux pourront être connectés par un pont. Seul le trafic réseau destiné aux interfaces réseaux situées de l'“autre” côté du pont sera transmis à l'autre réseau, réduisant ainsi les congestions sur chaque segment.

30.5.2.2. Coupe-feu filtrant/régulant le trafic

La deuxième situation est quand un coupe-feu est nécessaire mais sans translation d'adresses (NAT).

Un exemple est une compagnie qui est connectée à son fournisseur d'accès internet par l'intermédiaire d'une connexion ISDN ou DSL. Elle dispose de 13 adresses IP routables fournies par le fournisseur d'accès et dispose de 10 PCs sur son réseau. Dans cette situation, utiliser un coupe-feu/routeur est complexe en raison des problèmes de sous-réseaux.

Un coupe-feu basé sur un pont peut être configuré et positionné dans le flux juste en aval de leur routeur DSL/ISDN sans aucun problème d'adressage IP.

30.5.3. Configuration d'un pont

30.5.3.1. Choix des cartes réseaux

Un pont nécessite au moins deux cartes réseaux pour fonctionner. Malheureusement toutes les cartes réseaux ne supportent pas le mode bridging. Lisez la page de manuel bridge(4) pour des détails sur les cartes supportées.

Installez et testez les deux cartes réseaux avant de poursuivre.

30.5.3.2. Modification de la configuration du noyau

Pour activer le support nécessaire pour mettre en place un pont ajouter la ligne suivante:

options BRIDGE

à votre fichier de configuration du noyau, et recompilez votre noyau.

30.5.3.3. Support du coupe-feu

Si vous projetez d'utiliser un pont en tant que coupe-feu, vous devrez également ajouter l'option IPFIREWALL. Lisez la Chapitre 29, Firewalls ** Traduction en Cours ** pour des informations générales sur la configuration d'un pont en tant que coupe-feu.

Si vous avez besoin de permettre le passage à travers le pont des paquets non-IP (comme ARP), il existe une option du coupe-feu qui doit être activée. Cette option est IPFIREWALL_DEFAULT_TO_ACCEPT. Prennez note que cela modifie le fonctionnement par défaut du coupe-feu, ce dernier acceptera alors tous les paquets. Assurez-vous de savoir ce que ce changement signifie pour votre ensemble de règles de filtrage avant de l'effectuer.

30.5.3.4. Support de la régulation du trafic

Si vous désirez utiliser le pont comme régulateur de trafic, vous devrez ajouter l'option DUMMYNET à votre fichier de configuration du noyau. Consultez la page de manuel dummynet(4) pour plus d'information.

30.5.4. Activer le pont

Ajoutez la ligne:

net.link.ether.bridge.enable=1

au fichier /etc/sysctl.conf pour activer le pont au démarrage, et la ligne:

net.link.ether.bridge.config=if1,if2

pour activer le mode bridging sur les interfaces spécifiées (remplacez if1 et if2 par les noms de vos interfaces réseaux). Si vous désirez que les paquets traversant le pont soient filtrés par ipfw(8), vous devrez ajouter également la ligne:

net.link.ether.bridge.ipfw=1

Pour les versions antérieures à FreeBSD 5.2-RELEASE, utilisez les lignes suivantes:

net.link.ether.bridge=1
net.link.ether.bridge_cfg=if1,if2
net.link.ether.bridge_ipfw=1

30.5.5. Informations supplémentaires

Si vous désirez être en mesure de vous connecter au pont par l'intermédiaire de ssh(1), il est correct d'ajouter à l'une des cartes réseaux une adresse IP. Il existe un consensus sur le fait qu'assigner une adresse aux deux cartes est une mauvaise idée.

Si vous avez plusieurs ponts sur votre réseau, il ne peut y en avoir plus d'un sur le chemin qui sera emprunté par le trafic entre deux stations de travail. Techniquement, cela signifie qu'il n'y a pas de support pour la gestion du “spanning tree”.

Un pont peut ajouter des temps de latence lors de l'utilisation de ping(8), et tout particulièrement dans le cas du trafic d'un segment vers un autre.

Ce document, ainsi que d'autres peut être téléchargé sur ftp://ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/doc/

Pour toutes questions à propos de FreeBSD, lisez la documentation avant de contacter <questions@FreeBSD.org>.

Pour les questions sur cette documentation, contactez <doc@FreeBSD.org>.