8.3. Compiler et installer un noyau sur mesure

Commençons par passer rapidement en revue le répertoire de configuration du noyau. Tous les chemins d'accès mentionnés seront relatifs au répertoire principal /usr/src/sys, qui est également accessible via le lien symbolique /sys. Il comporte un certain nombre de sous-répertoires correspondants à différentes parties du noyau, mais les plus importantes, en ce qui nous concerne, sont arch/conf, où vous éditerez votre fichier configuration personnalisé, et compile, qui est l'espace de travail où votre noyau sera compilé. arch représente une des architectures suivante: i386, soit alpha, amd64, ia64, powerpc, sparc64, ou encore pc98 (une branche alternative de développement de l'architecture PC, populaire au Japon). Tout ce qui se trouve dans un répertoire particulier à une architecture est propre uniquement à cette architecture; le reste du code est un code indépendant du type de machine et commun à toutes les plates-formes sur lesquelles FreeBSD pourrait être potentiellement porté. Remarquez l'organisation logique de l'arborescence des répertoires, où chaque périphérique, système de fichiers, et option supportés a son propre sous-répertoire.

Les exemples de ce chapitre supposent que vous utilisez l'architecture i386. Si ce n'est pas votre cas, effectuez les ajustements appropriés au niveau des chemins d'accès pour votre architecture.

Note:

S'il n'y a pas de répertoire /usr/src/sys sur votre système, alors c'est que les sources du noyau n'ont pas été installées. La manière la plus facile de les installer est d'exécuter sysinstall en tant que root, et sélectionner Configure, puis Distributions, src, puis base et sys. Si vous avez une aversion envers sysinstall et que vous disposez d'un CDROM “officiel” de FreeBSD, alors vous pouvez installer les sources depuis la ligne de commande:

# mount /cdrom
# mkdir -p /usr/src/sys
# ln -s /usr/src/sys /sys
# cat /cdrom/src/ssys.[a-d]* | tar -xzvf -
# cat /cdrom/src/sbase.[a-d]* | tar -xzvf -

Ensuite allez dans le répertoire arch/conf et copiez le fichier de configuration GENERIC dans un fichier qui portera le nom que vous voulez donner à votre noyau. Par exemple:

# cd /usr/src/sys/i386/conf
# cp GENERIC MONNOYAU

Par tradition, c'est un nom en majuscules, et si vous maintenez plusieurs machines FreeBSD avec des configurations matérielles différentes, c'est une bonne idée de lui donner le même nom que la machine. Nous l'appellerons MONNOYAU pour les besoins de cet exemple.

Astuce:

Conserver votre fichier de configuration du noyau directement sous /usr/src peut être une mauvaise idée. Si vous avez des problèmes il peut être tentant de juste effacer /usr/src et recommencer à nouveau. Après avoir fait cela ne prends que quelques secondes pour vous rendre compte que vous venez d'effacer votre fichier de configuration du noyau personnalisé. N'éditez pas, non plus, directement le fichier GENERIC, il peut être écrasé à la prochaine mise à jour de l'arborescence des sources, et vos modifications seraient perdues.

Vous voudrez peut être conserver votre fichier de configuration du noyau ailleurs et alors créer un lien symbolique vers le fichier dans le répertoire i386.

Par exemple:

# cd /usr/src/sys/i386/conf
# mkdir /root/noyaux
# cp GENERIC /root/noyaux/MONNOYAU
# ln -s /root/noyaux/MONNOYAU

Editez maintenant MONNOYAU avec votre éditeur de texte préféré. Si vous venez tout juste de finir l'installation, le seul éditeur disponible sera probablement vi, qui est trop complexe pour être décrit ici, mais est bien expliqué dans de nombreux ouvrages de la bibliographie. Cependant, FreeBSD offre un éditeur plus simple appelé ee qui, si vous êtes débutant, sera votre éditeur de choix. N'hésitez pas à modifier les commentaires d'entête pour y décrire votre configuration ou les modifications que vous avez apportés par rapport au noyau GENERIC.

Si vous avez déjà compilé un noyau sur SunOS™ ou tout autre système d'exploitation BSD, l'essentiel de fichier vous sera familier. Si vous venez d'un système d'exploitation comme DOS, à l'inverse, le fichier de configuration GENERIC vous paraîtra inintelligible, lisez alors lentement et attentivement la section sur le fichier de configuration.

Note:

Si vous synchronisez votre arborescence des sources avec les toutes dernières sources du projet FreeBSD, assurez-vous de toujours lire le fichier /usr/src/UPDATING avant d'effectuer une quelconque opération de mise à jour. Ce fichier décrit les problèmes importants ou les domaines demandant une attention particulière dans le code mis à jour. /usr/src/UPDATING correspond toujours à votre version des sources de FreeBSD, et est donc plus à jour que ce Manuel.

Vous devez maintenant compiler le code source du noyau.

Procédure 8.1. Compiler un noyau
  1. Passez dans le répertoire /usr/src.

    # cd /usr/src
  2. Compilez le noyau:

    # make buildkernel KERNCONF=MONNOYAU
  3. Installez le nouveau noyau:

    # make installkernel KERNCONF=MONNOYAU

Note:

Il est indispensable d'avoir l'intégralité des sources du système FreeBSD pour compiler le noyau.

Astuce:

Par défaut, quand vous compilez un noyau personnalisé, tous les modules seront également recompilés. Si vous désirez mettre à jour un noyau plus rapidement ou compiler que certains modules, vous devez éditer le fichier /etc/make.conf avant de compiler le noyau:

MODULES_OVERRIDE = linux acpi sound/sound sound/driver/ds1 ntfs

Cette variable définit une liste de modules à compiler à la place de l'intégralité des modules.

WITHOUT_MODULES = linux acpi sound/sound sound/driver/ds1 ntfs

Cette variable définit une liste de modules à exclure du processus de compilation. Pour d'autres variables qui peuvent être intéressantes pour le processus de compilation du noyau, consultez la page de manuel make.conf(5).

Le nouveau noyau sera copié dans le répertoire /boot/kernel avec le nom /boot/kernel/kernel et l'ancien noyau sera renommé en /boot/kernel.old/kernel. Maintenant, arrêtez le système et redémarrez pour utiliser votre nouveau noyau. Si quelque chose se passe mal, il y a quelques instructions de dépannage à la fin de ce chapitre que vous pourrez trouver utiles. Assurez-vous de lire la section qui explique comment revenir en arrière dans le cas où votre nouveau noyau ne démarre pas.

Note:

Les autres fichiers concernant le processus de démarrage, comme le chargeur (loader(8)) et la configuration du démarrage sont conservés dans le répertoire /boot. Les modules tiers et personnalisés peuvent être placés dans /boot/kernel, bien que les utilisateurs doivent être conscients que garder ses modules synchronisés avec le noyau compilé est très important. Les modules qui ne sont pas destinés à fonctionner avec le noyau compilé peuvent être instables et ne pas donner les résultats escomptés.

Ce document, ainsi que d'autres peut être téléchargé sur ftp://ftp.FreeBSD.org/pub/FreeBSD/doc/

Pour toutes questions à propos de FreeBSD, lisez la documentation avant de contacter <questions@FreeBSD.org>.

Pour les questions sur cette documentation, contactez <doc@FreeBSD.org>.